L'AUTEURE FRANÇOISE LAPEYRE

Françoise Lapeyre, linguiste de formation, s'intéresse à la question générale de la liberté féminine comme en témoignent ses deux premiers ouvrages Femmes seules retirées loin des villes et Léonie d'Aunet, biographie d'une jeune femme audacieuse partie dans le grand Nord en 1840.

Ayant beaucoup voyagé elle-même et beaucoup lu d'ouvrages de voyageuses par affinité personnelle avec cette littérature, Françoise Lapeyre a spécialisé ses recherches dans le domaine des récits féminins d'avant 1900. Dont les récits de voyageuses. À cette époque, surtout au début, les voyages sont très périlleux et exigent une détermination peu courante, si bien que la personnalité de chaque voyageuse mérite déjà d'être sortie de l'oubli. Cependant, les récits rapportés de lointaines expéditions ne sauraient être réduits à de la littérature d'aventure, la grande Histoire s'y inscrit avec celle des mentalités. Quand les voyageuses regardent le monde et les manières d'ailleurs, elles révèlent l'état d'esprit occidental face au monde des autres, et face à des questions de société qui nous importent beaucoup : la condition féminine d'ici ou de là, la colonisation, et l'esclavage.

SES OUVRAGES

Femmes seules retirées loin des villes Paris, Lattès, 2003
Léonie d'Aunet, « Lorsque je vous vois je songe aux étoiles » Paris, Lattès, 2005
Le roman des voyageuses françaises Paris, Payot, 2007
Préface des lettres choisies de Lady Worthley Montagu, Je ne mens pas autant que les autres voyageurs Payot, 2008
Quand les voyageuses découvraient l'esclavage Payot, 2008
Préface de l'ouvrage de Fanny Kelly, Ma captivité chez les Sioux Paris, Payot, 2010

PLUS D'INFORMATION